Appelez nous : +212 (0)537-771-094

Allemagne, France, Pays-Bas… Ces pays de l’UE prêts à accueillir les migrants de Moria

11.09.2020 | Allemagne, France, Pays-Bas… Ces pays de l’UE prêts à accueillir les migrants de Moria

 

Les incendies de mardi et mercredi, qui ont détruit ce camp surpeuplé et sordide de Lesbos, en Grèce, ont laissé près de 12 700 personnes sans abri, dont 4000 enfants.

 

Des milliers de demandeurs d’asile ont passé ce vendredi matin leur troisième nuit dehors sur l’île de Lesbos, en Grèce, parfois sans couverture, près du camp de Moria ravagé par deux incendies. Les incendies de mardi et mercredi soir, qui ont détruit ce camp surpeuplé et sordide, surnommé « la jungle », ont laissé près de 12 700 personnes sans abri, dont 4000 enfants.  La « catastrophe » de Moria a relancé le débat sur l’accueil des demandeurs d’asile en Europe, au sujet duquel les pays de l’Union européenne se déchirent. Dix d’entre eux vont accueillir quelque 400 migrants mineurs non accompagnés, évacués de l’île grecque, a annoncé ce vendredi le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, précisant que l’Allemagne et la France prendraient en charge chacune 100 à 150 de ces enfants. Ils seront accueillis en Allemagne « d’ici la fin septembre », a indiqué le ministre conservateur. Ces 400 mineurs non accompagnés ont déjà été transférés en Grèce continentale. « Nous sommes en discussion avec d’autres pays » de l’UE pouvant accueillir ces enfants, a précisé Horst Seehofer. Parmi les autres pays qui vont accueillir un petit nombre d’enfants figurent les Pays-Bas, la Finlande, la Belgique, le Luxembourg, la Slovénie, la Croatie, le Portugal mais aussi en dehors de l’UE, la Suisse, selon les précisions du ministre.

L’Allemagne et la France plaident la coordination

Afin de permettre l’accueil dans l’UE de migrants mineurs qui se trouvaient à Moria, la chancelière allemande Angela Merkel avait au préalable annoncé jeudi le lancement d’une initiative franco-allemande. « L’Allemagne et la France vont y participer, j’espère aussi d’autres Etats membres », avait-elle déclaré lors d’une conférence à Berlin. Elle avait également estimé que le drame de Moria doit pousser les pays de l’UE à « enfin » aboutir à une politique migratoire commune, qui actuellement « n’existe pas ». « Il faut à présent avant tout apporter une aide immédiate, garantir un meilleur hébergement des gens sur place (…) et parallèlement j’ai proposé au Premier ministre grec d’accueillir les réfugiés mineurs » transférés en Grèce continentale, avait expliqué Angela Merkel. « Il s’agit d’un premier pas », avait-elle poursuivi, « d’autres devront suivre », soulignant que les Européens ne devaient pas laisser les pays du sud, comme la Grèce ou l’Italie, porter tout le fardeau de la migration. LIRE AUSSI >> Cinq ans après la mort du petit Aylan, le « Covid-19 accélère les départs de migrants »

La chancelière n’avait pas directement précisé le nombre de jeunes concernés. Mais elle faisait référence à un groupe de mineurs transférés de l’île de Lesbos à la Grèce continentale, qui s’élève selon l’Organisation mondiale pour les migrations à 406 jeunes non accompagnés.  Emmanuel Macron avait lui aussi indiqué que Paris était en train de se coordonner avec Berlin pour l’accueil de réfugiés. « La France apportera tout l’appui nécessaire et participera, en coordination avec l’Allemagne, à la relocalisation des mineurs du camp incendié », a dit la présidence. Jeudi matin, en Corse, Emmanuel Macron avait également déclaré avoir eu des échanges avec la chancelière allemande à ce sujet. « Nous essayons d’engager le maximum de pays européens pour accueillir des réfugiés, en particulier des mineurs », avait-il précisé. Le chef de l’Etat français s’est également entretenu avec le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a indiqué l’Elysée.

Les Pays-Bas proposent d’accueillir cent migrants

Les Pays-Bas avaient eux aussi proposé dès jeudi d’accueillir une centaine de migrants, pour moitié mineurs, comme l’avait annoncé le gouvernement néerlandais. « Le gouvernement néerlandais est ouvert à une demande de la Grèce pour accueillir un contingent de mineurs et de familles après les terribles événements dans le camp grec de Moria », a déclaré le vice-ministre à la Justice et la Sécurité Ankie Broekers-Knol, dans un communiqué.

LIRE AUSSI >> Les nouvelles routes des migrants Les Pays-Bas vont accueillir « 50 mineurs non accompagnés et 50 personnes membres de familles avec des mineurs parmi ceux qui ont été affectés par les incendies de Lesbos« , a poursuivi le texte. « Dans cette situation exceptionnelle (…) des initiatives exceptionnelles s’imposent », a ajouté le vice-ministre.

Cette décision prise par le gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre Mark Rutte va certainement alimenter le débat en cours sur l’immigration, alors que l’extrême-droite espère progresser en enfourchant ce cheval de bataille lors des élections prévues l’an prochain.

Des navires financés par l’UE

Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, qui s’est rendu jeudi à Lesbos, a de son côté indiqué qu’il y aurait dans les prochaines heures des navires financés par l’UE pour héberger les demandeurs d’asile vulnérables. La Commission a contribué au transfert en Grèce continentale de 400 mineurs non accompagnés en vue de leur relocalisation en Europe, a-t-il souligné.

Pour sa part, le gouvernement grec peine à secourir ces migrants et a appelé les autorités locales à Lesbos à trouver « une solution rapide » pour héberger les sans-abri. Toutefois, certains habitants s’opposent au projet gouvernemental de créer un nouveau camp fermé.

Source : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/allemagne-france-pays-bas-ces-pays-de-l-ue-prets-a-accueillir-les-migrants-de-moria_2134424.html

image_pdfTélécharger l\'article au format pdf
Tags : Asile Migrations internationales Presse Internationale